Planete Batiment portail de l'habitat durable
Rechercher dans planete-batiment.com
Home page   
Home page   
Home page   
Home page   
Home page                                                                                                                               Dernier numéro            Anciens numéros      Abonnements
 



 Solaire thermique : les conditions de la relance >  Solaire thermique : les conditions de la relance

Pour encourager la filière solaire thermique, les pouvoirs publics ont lancé un appel à manifestations d’intérêt (AMI) « solaire ».
Photo : Photo : Viessmann

Quand on leur demande quelle énergie renouvelable la France devrait développer en priorité, les Français sont 61 % à donner la primeur à l’énergie solaire*. Pourtant, le marché solaire thermique hexagonal, en progression constante depuis une dizaine d’années, marque le pas depuis deux ans. En 2009, il accusait une baisse de 9 % par rapport à 2008. Les raisons ? La crise économique, bien sûr, mais aussi la forte concurrence du solaire photovoltaïque et des pompes à chaleur. Même si l’on ne dispose pas encore des chiffres de 2010 à l’heure où nous écrivons ces lignes, les estimations ne laissent pas prévoir de réel inversement de tendance. Le solaire thermique devrait cependant tirer son épingle du jeu dans les années qui viennent, grâce notamment au marché des installations collectives et aux innovations technologiques.

Sauvé par le collectif
Le Grenelle de l’environnement a, pour la filière solaire thermique, fixé des objectifs ambitieux : produire, à l’horizon 2020 (hors résidentiel individuel), 110 000 tep/an soit un supplément de production de 100 000 tep/an par rapport à 2006. Les projets soutenus par le Fonds chaleur se focalisent prioritairement sur les installations de chauffe-­eau solaires collectifs (CESC). Ils visent le logement collectif et, par extension, tout hébergement permanent ou de longue durée avec des besoins similaires en eau chaude sanitaire (secteur hospitalier et sanitaire, structures d’accueil, maisons de retraite…). Le tertiaire privé est également concerné ; il comprend les hôtels et campings à usage non saisonnier, les piscines collectives, les restaurants, les cantines d’entreprises… Les activités agricoles consommatrices d’eau chaude sanitaire (laiteries, fromageries…) font aussi partie des installations prioritaires.
Les aides du Fonds chaleur sont octroyées « aux projets optimisés » dans la mesure où l’installation solaire thermique répond à un certain nombre de critères d’éligibilité, comme notamment la surface de capteurs minimum (50 m2), et la mise en place systématique d’une procédure de monitoring de l’installation pour la mesure des données de production solaire utile et de consommation d’appoint de l’installation. Les nouvelles installations solaires thermiques éligibles concernent aussi bien les bâtiments neufs que les bâtiments existants. En 2009-2010, le Fonds chaleur a permis de soutenir, hors appel à projets, plus de 500 installations solaires thermiques pour une production de 2 606 tep/an de chaleur.

Page suivante : Investir dans l’avenir


News-letter hebdomadaire

Abonnez-vous au magazine